Ces 10 sportives qui nous inspirent

Le 24 janvier, nous célébrons la Journée Internationale du Sport Féminin. Créée en 2014 suite au constat que le sport féminin était sous médiatisé, et dans une démarche d’égalité homme-femme, cette journée a pour objectifs le développement de la pratique sportive féminine, l’accès des femmes aux responsabilités, l’économie du sport féminin et la médiatisation de celui-ci. En effet, d’après le Ministère des Sports, les femmes représentent 37% des licenciés toutes fédérations confondues et le sport féminin représente seulement 15% des diffusions sportives. A l’occasion de cette journée, nous voulons mettre en lumière 10 femmes sportives qui nous inspirent. Vous ne les connaissez peut-être pas toutes et pourtant, elles ont changé le monde du sport… Nous avons également questionné nos ambassadrices pour savoir qui sont pour elles les femmes qui les inspirent au quotidien. 

1. Amelia Bloomer

Amelia Bloomer est une militante américaine des droits des femmes qui promeut un changement des normes vestimentaires. Elle soutient et défend, à partir de 1851, le port du “bloomer”, un pantalon court surmonté d’une jupe. Initialement utilisé pour faire de la bicyclette, il donnera plus tard les shorts-culottes, aujourd’hui portés par diverses sportives, en athlétisme, au volley ou encore au tennis. Le "bloomer" libère le corps des sportives car avant son invention les femmes devaient courir en jupe longue ! Cependant, son acceptation est difficile, en plus d'être très largement ridiculisé dans la presse, le "bloomer" est source de harcèlement de rue. Il faudra attendre les années 1890 pour que le port du "bloomer" se démocratise. 

2. Alice Milliat 

Alice Milliat est une sportive nantaise, qui s’est battue pour inclure les femmes dans les compétitions officielles. En se consacrant à l'aviron, elle devient la première femme à remporter le brevet Audax. En 1919, elle est élue présidente de la Fédération des Sociétés Féminines Sportives de France (FSFSF) et milite pour que les Jeux Olympiques comportent des épreuves féminines d'athlétisme. Elle finira par avoir gain de cause puisqu'en 1928 les femmes sont enfin autorisées à participer aux épreuves d'athlétisme aux JO. La fédération continue de se développer et organise les premiers championnats de France de football féminin et crée des championnats de basket, de natation et de hockey. En 1921, Alice Milliat fonde la Fédération Sportive Féminine Internationale (FSFI) où elle sera élue présidente. Cette fédération participe à l'organisation des jeux mondiaux féminins de 1922. Son nom sera d’ailleurs donné à la première fondation consacrée à la médiatisation du sport féminin :  La Fondation Alice Milliat.

3. Billie Jean King 

Billie Jean King est une joueuse de tennis américaine. En plus d'être considérée comme l'une des plus grandes joueuses de tous les temps, elle s’est battue en faveur de l'égalité des sexes et pour la reconnaissance du sport féminin. En 1973, elle gagne "la bataille des sexes", un duel de tennis lancé par Bobby Riggs, 55 ans et numéro un mondial dans les années 40. Bobby Riggs est ouvertement machiste et critique publiquement le tennis féminin. Cet événement, largement médiatisé, qui attire de nombreux spectateurs et téléspectateurs, joue un grand rôle dans la reconnaissance du sport féminin. Billie Jean King ne s'arrête pas là, elle obtient l'égalité des primes dans le tennis en menaçant de ne pas participer à l'Open US si les femmes n'obtiennent pas les mêmes droits que les hommes. A la fin de sa carrière en tant que joueuse, elle organise le premier tournoi réservé exclusivement aux femmes et elle fonde également la Women's Sports Foundation, dans le but d'encourager les générations futures de femmes sportives. En plus d'être une défenseuse des droits des femmes, elle devient également une fervente militante en faveur de l’égalité et des droits des homosexuels.

Billie Jean King est une joueuse de tennis américaine reconnue pour sa lutte dans l'égalité des sexes

4. Gertrude Ederle 

Gertrude Ederle est une Américaine malentendante. Jeune, elle participe à de nombreuses compétitions de natation et enchaîne les victoires et les records. En 1924, elle participe aux Jeux Olympiques de Paris et remporte notamment une médaille d’or en relais 400 mètres nage libre. Pionnière de la nage en eaux libres, Gertrude Ederle détient 2 records, celui de la traversée de la baie de New-York au New Jersey en seulement 7h11 mais, surtout, celui de la traversée de la Manche. En effet, après plusieurs tentatives, le 6 août 1926, elle réussit à faire la traversée de la Manche en 14h39 minutes, battant ainsi le record masculin de l’époque. Elle devient la sixième personne, et première femme, à terminer la traversée de la Manche à la nage : "Les gens disaient que les femmes ne pourraient pas traverser, mais j’ai prouvé le contraire" ! Son record est resté invaincu jusqu’en 1950. En 1940, elle perd entièrement l’audition et par solidarité pour les personnes souffrant de ce handicap, elle enseigne la natation à des enfants sourds. 

5. Katherine Switzer 

Katherine Switzer milite pour que les femmes du monde entier aient le droit de participer à des courses de fond. En 1967, à l'âge de 20, Katherine Switzer décide de participer au marathon de Boston accompagnée de son compagnon et de son entraîneur. Elle réussit à s'inscrire en ne donnant que ses initiales. Au 6e kilomètre, les organisateurs la remarquent, lui demandent d'arrêter de courir et tentent de lui arracher son dossard mais sans succès. En finissant le marathon et en franchissant la ligne d'arrivée, Katherine Switzer devient la première femme à avoir officiellement couru un marathon. Cependant, après la course, elle est disqualifiée et suspendue de la Fédération Américaine d'Athlétisme. Les photos de cet incident font le tour du monde et, depuis, elle travaille pour augmenter le nombre d'opportunités pour les femmes de courir. Dans le même temps, elle participe à de nombreux autres marathons puis, de nouveau, au marathon de Boston en 1972. Cette fois-ci, elle est accompagnée de huit autres femmes car le marathon leur est désormais ouvert.

6. Wilma Rudolph

Wilma Rudolph est une athlète américaine qui a inspiré des générations d'athlètes par sa volonté et son courage. Pourtant, rien ne prédestinait Wilma Rudolph à devenir une athlète. En effet, son enfance est marquée par la maladie et notamment par la poliomyélite. Cette maladie devait la priver de l'usage de sa jambe gauche mais à 11 ans elle peut retirer sa prothèse et marcher normalement. "Mes médecins me disaient que je ne marcherais plus jamais. Ma mère me disait que j'y arriverais. J'ai cru ma mère". Elle commence par se passionner pour le basket mais est vite repérée et réorientée vers l'athlétisme. En effet, Ed Temple, l'entraîneur des Tigerbelles, l'invite à participer à un stage d'été. Puis, à 16 ans, elle est sélectionnée pour participer aux JO de Melbourne où elle décroche sa première médaille. C'est aux JO de Rome, en 1960, qu'elle rentre dans l'histoire, en devenant la première Américaine à décrocher trois titres olympiques lors d'une même édition ! Elle devient également ambassadrice de la cause afro-américaine. En effet, elle impose au gouverneur d'ouvrir la parade, organisée en son honneur, à la population noire. Et ce sera fait ! 

Wilma Rudolph est une athlète américaine qui a inspiré des générations d'athlètes par sa volonté et son courage

7. Alex Morgan

Alex Morgan est une des pionnières de la médiatisation du football féminin et de la lutte pour l'égalité des salaires dans le monde du sport. Cette footballeuse américaine devient, avec l'United States Women's National Soccer Team (USWNT), championne olympique puis championne du monde de football féminin. Son parcours brillant fait d'elle l'attaquante la plus médiatisée au monde. En 2015, son image a été choisie pour la couverture de la version américaine du jeu vidéo FIFA 16, pour promouvoir l'introduction des équipes féminines dans le jeu. Alex Morgan lutte pour l'égalité des salaires dans le monde du sport. Aux Etats-Unis, contrairement à l'équipe féminine, l'équipe masculine n'a pas réussi à se qualifier pour la coupe de monde de 2018. Même si l'équipe féminine surpasse celle des hommes sur le terrain, les inégalités salariales restent criantes. Le 8 mars 2019, les joueuses américaines décident alors de porter plainte pour discrimination sexuelle contre la Fédération de Football des Etats-Unis. Cette action a inspiré d'autres équipes féminines du monde entier à faire pression pour l'égalité de traitement ! 

8. Althea Gibson 

Considérée comme l'une des meilleures joueuses de tous les temps, Althea Gibson est la première championne afro-américaine de tennis. Après une jeunesse sportive, elle est vite repérée par Robert Walter Johnson qui la prend sous son aile. Elle accède à des entraînements plus poussés et à des compétitions plus importantes. Cependant, le contexte ségrégationniste de l'époque complique les choses et beaucoup de tournois sont réservés aux blancs. Ses candidatures pour participer à l'US National (qui deviendra l’US Open) sont toutes rejetées ou perdues. Soutenue par la joueuse Alice Marble et des lobbys, elle devient, en 1950, la première joueuse afro-américaine invitée à participer à l'US National, marquant ainsi l'histoire. Elle perd au second tour mais sa carrière est lancée. En 3 ans, entre 1956 et 1958, elle remporte 11 titres du Grand Chelem et devient la première femme noire à en remporter ! Et ce, bien avant Arthur Ashe et les sœurs Williams. En 2016, Serena Williams, la première afro-américaine, depuis Althea Gibson, à remporter un tournoi du Grand ­Chelem lui rend hommage : “Althea m’a donné du bonheur et la fierté d’être noire. Elle a été pionnière pour tout le tennis, pas seulement le tennis féminin.

9. Sonja Henie

Sonja Henie, cette patineuse au record de médaille encore inégalé, bouleverse le monde du patinage artistique. Depuis son plus jeune âge, elle se passionne pour le patin à glace et la danse classique. Elle n'a que 11 ans quand elle participe pour la première fois aux JO et 15 ans quand elle remporte ceux de 1928. Elle remporte également ceux de 1932 et 1936. A 14 ans, et pendant 10 ans consécutifs, elle gagne également les championnats du monde. Au-delà de son succès, elle chamboule cette discipline qui a longtemps été une activité mondaine. En effet, elle est la première à porter une jupe courte car celle-ci lui permet une plus grande aisance dans ses mouvements et elle lance la mode des patins blancs. Elle renouvelle totalement le patinage artistique en proposant des chorégraphies travaillées avec des sauts et des figures originales. Les jurys, suite à ses prestations pensent même à la retirer des compétitions tant son écart avec ses concurrentes est grand ! Elle quitte elle-même la compétition à 24 ans, pour se tourner vers les shows professionnels sur glace. Sa notoriété est énorme et ses shows connaissent un grand succès partout dans le monde. 

Sonja Henie est une patineuse au record de médaille encore inégalé qui a bouleversé le monde du patinage artistique

10. Candace Parker 

Candace Parker est une des meilleures joueuses de basket au monde et l’une des rares à réaliser des dunks en plein tournoi. En 2006, elle devient la première femme à avoir réussi un dunk lors d'un tournoi final NCAA marquant ainsi l'histoire du basket féminin. En 2009, elle donne naissance à sa fille et seulement 8 semaines après son accouchement elle retourne sur le terrain. Elle allaite sa fille pendant la mi-temps et celle-ci la suit partout, jusqu'à ses 6 ans, dans les compétitions, les matchs ou les entraînements. De ce fait, elle bouscule aussi les codes et redéfinit ce que signifie être une mère et une sportive professionnelle. “Je ne réalisais pas comment devenir mère pourrait m’aider à devenir une meilleure équipière, une meilleure amie, une meilleure basketteuse et une meilleure fille” a-t-elle posté sur son site internet.

Et nos ambassadrices, quelles sont les sportives qui les inspirent ?

La réponse d’Eloïse

Je pense que Laura Flessel est la femme qui m'inspire le plus dans le monde du sport. Je me souviens quand elle a fait une visite dans mon premier club lorsque j'étais encore Pupille, c'est-à-dire quand j'avais 10-11 ans. Laura avait fait des dédicaces et je me rappelle avoir fait la queue comme tout le monde pour faire signer mon pantalon d'escrime minuscule sur la poche arrière, que je regrette de ne plus pouvoir mettre à cause de ma croissance. Elle a noté "amitiés sportives" ainsi que sa signature contenant une épée. J'ai d'ailleurs, pour l'anecdote, repris ce détail dans la mienne, c'est pour dire à quel point c'est un modèle. Pour moi, ce moment a vraiment été un moment particulier et, peut-être, une des raisons de ma persévérance dans l'escrime car je l'avais déjà vu tirer plusieurs fois aux Jeux Olympiques, (notamment à Athènes, en 2004, où elle a remporté une médaille d'argent) et à une compétition nationale senior qui se déroulait dans ma ville tous les ans. Je me suis toujours dit que je voulais faire comme elle, et devenir une femme forte et inspirante pour les plus jeunes.

La réponse d’Anne-Florence

Longtemps, les femmes ont été tenues à l’écart des sports officiels. Le sport au féminin soulève de manière cruciale la question de l’émancipation des femmes et de leurs corps. Heureusement, l’évolution de la société nous a permis, non sans difficultés, d’accéder au sport. Marie-José Pérec est pour moi l’une des sportives qui m’a inspiré. Cette grande athlète est détentrice du record de France du 200 mètres, du 400 mètres, du 400 mètres haies et du relais 4x400. C’est la seule athlète française à être triple championne olympique, en 1992 et deux fois en 1996. Cette athlète est la plus brillante athlète française depuis l’après-guerre avec un tel palmarès. Sa détermination, sa force, son courage, sa combativité sont source d’inspiration pour moi. Elle a su prouver que les femmes avaient autant leur place dans le milieu sportif que les hommes : un grand merci à elle. 

La réponse de Mélissa

Alana Blanchard est de loin la sportive de haut niveau la plus impressionnante pour moi ! Cette fille réussit dans beaucoup de domaines : elle excelle dans le surf, travaille également en tant que mannequin, elle est jeune maman, engagée écologiquement... et par dessus tout elle est humble. Elle insiste sur le besoin croissant d'authenticité, de transparence, de fragilité sur les réseaux sociaux. Elle sait aussi bien montrer ses forces que ses faiblesses, et ça, j'adore ! 

En tant qu'ancienne handballeuse, je ne peux qu'admirer les talents handballistiques et humains d'Allison Pineau ! Elle est selon moi l'une des joueuses les plus expérimentées et dotée d'une qualité que j'admire... Le sang-froid. Elle sait prendre les bonnes décisions, au bon moment, même lorsque le match s'accélère, que les tensions s'accentuent, tout comme à l'image de la vie.

J'admire également la danseuse Fauve, en raison de ma passion pour la danse, qui a toujours résonné en moi depuis toute petite, mais aussi et surtout pour le tempérament de feu de cette femme. Elle semble constamment habitée, passionnée, elle s'exécute avec le cœur, elle a la capacité d'entraîner les gens avec elle. C'est un vrai petit soleil.